V) Grecs et Romains

1) Histoire de la Grèce Antique

 

 

Au XIXe siècle avant JC, pénètrent en Grèce des peuples indo-européens, Ioniens et Achéens, alors que la civilisation mioenne est en plein essor. Au XVe siècle av JC, les royaumes achéens (Mycénes par exemple) dominent la Crète et s'étendent vers l'Asie Mineure. La guerre de Troie serait donc un des raids menés en asie Mineure au XIIIe siècle avant JC. Au XIIe siècle avant JC, les Doriens venus du Nord repoussent le peuple achéen sur le littoral de l'Asie Mineure. La période qui suit est obscure.

Au IXe siècle avant JC, siècle d'Homère, la Grèce est découpée en polis, cités rivales. Ces civilisations fondent des colonies en Sicile, Italie du Sud ou encore Mer Noire. Athènes devient la principale colonisatrice. Sparte assure sa domination dans la Région du Péloponèse. La révolte de l'Ionie (littoral de l'Asie Mineure) contre la Perse est l'origine des guerres médiques (Ve siècle avant JC). Aprés les défaites perses, Athènes devient la première puissance de la Méditerranée et développe la démocratie avec notamment des élections de magistrats. Périclès qui dirige Athènes de 457 à 429 donne son nom à cet âge d'or, économique, artistique et intellectuel.

Au final de la guerre du Péloponèse, le spartiale Lysandre abat Athènes, mais Sparte s'incline devant Thèbes en 371.

Philippe II de Macédoine va ensuite dominer les cités, mais celui-ci est assassiné. Son fils Alexandre le Grand conquiert l'Asie, soumet l'Egypte, la Perse, atteint les Indes en 327. A sa mort, la Gréce est sous la tutelle de la Macédoine mais une nouvelle civilisation, dite hellénistique (Alexandrie, Antioche, Pergame) étend la culture et la langue grecques sur tout l'Orient.

Les Romains conquièrent la Gréce en 148-146 avant JC.

La conversion de la Grèce au christianisme va profondément marquer cette religion à partir du Ier siècle.

A partir de 250, les cités grecques sont pillées par les Barbares, les Goths. Puis, au IVe siècle, la Grèce est intégrée à l'empire byzantin, soumise constamment aux invasions barbares (Ve -VI siècles).

Des peuples se succèdent pour gouverner la Grèce, celle-ci sera finalement dominée par les Turcs à partir de 1391 pour plus de quatre siècles.

 

2) Histoire de la Rome Antique

L'histoire du plus vaste Etat qu'ait connu l'Antiquité européenne débute avec la formation de la ville de Rome en 753 avant JC par Romulus, premier roi légendaire de la cité. Plusieurs rois se succèdent avant que Tarquin le Superbe ne soit renversé par les nobles romains vers 509 avant JC.

La République est fondée, créant de longues luttes entre les patriciens, chefs des plus anciennes familles et les plébéiens, étrangers et descendants des peuples vaincus par Rome, qui sont quant à eux privés de droits politiques et religieux. Vers 300 avant JC, les Plébéiens obtiennent l'égalité devant le roi. Les campagnes militaires se succèdent, guerre contre les Etrusques, les Latins, les Samnites. Rome devient maîtresse de presque toute l'Italie et entre en conflit avec Carthage (guerres puniques, 264-146 avant JC). En 146, la destruction de Carthage permet la création de la province romaine d'Afrique et la Grèce devient une province.

Rome étend ses conquêtes à la péninsule Ibérique, Gaule Méridionale... Pompée achève la conquête de l'Orient en 63. Sylla devient par la suite dictateur, sous la pression de Marius, porté au pouvoir par les populares. Il finit par abdiquer en 79 avant JC. Pompée forme avec César et Crassus le premier triumvirat (60 avant JC). Crassus vainqueur de la révolte des esclaves menée par Spartacus affronte César, le conquérant des Gaules, vainqueur de Vercingétorix, grand chef du peuple gaulois (52 avant JC). Pompée l'élimine et par la même occasion instaure un pouvoir personnel. César est assassiné au sénat en 44. Une guerre civile entre le lieutenant de César et Octave, héritier de César, voie le succès d'Octave en 31 avant JC.

Octave se fait nommer Auguste et met en place un empire. Son beau-fils Tibère lui succède et la dynastie julio-claudienne dont il fait partie domine l'Empire tels que Néron. Suivent les Flaviens, les Antonins. A la mort de Commede, le dernier des Antonins en 192, Septime Sévère fonde la dynastie des Sévères.

Le désordre marque le début du Bas-Empire: on se défend à la fois contre les Barbares et les paysans révoltés. Les Empereurs illyriens (268-284) parviennent tout de même à sauver l'unité de l'empire.

Mais en 293, Dioclétien instaure la hiérarchie, c'est-à-dire qu'il scinde l'Empire en un ensemble occidental et un autre oriental.

Le christianisme prend une place importante, sous Constantin Ier et s'affirme définitivement avec Théodose Ier. A sa mort, l'Etat est divisé entre ses deux fils Arcadius et Monorius.

En 410, Rome tombe aux mains des Wisigoths d'Alaric et en 476, Odoacre détrône le dernier empereur romain d'Occident.

Seul l'Empire romain d'Orient subsistera jusqu'en 1453, date de la prise de Constantinople par les Turcs.

 

3)Comment comptaient-ils?

Les systèmes de numérotation que les Grecs et les Romains ont inventés sont des systèmes peu adaptés aux calculs: la numérotation alphabétique.

Les Romains, comptaient selon un principe additif et combinaient les bases de 5 et 10. Mais par la suite, les Romains ont introduit la soustraction dans l'écriture des nombres. Le systéme Romain est constitué de symboles notés côte à côte.C'est grâce a la position des chiffres que l'on savait s'il fallait les additionner ou les soustraire. Par exemple: IX=10-1=9   ou   XI=10+1=11

I→1

V→5

X→10

L→50

C→100

D→500

M→1000

La notation des nombres romains n'était pas très adaptée aux calculs. C'est pourquoi, pour les calculs, les comptables romains utilisaient des abaques. Les abaques étaient des sortes de tables sur laquelles étaient posés des jetons ou des cailloux. Le nombre de colonnes variait selon l'origine de l'abaque. Généralement chaque colone symbolisait une puissance de 10.

Un exemple: 1789 se note MDCCLXXXIX.

M(100)+D(500)+CC(2*100=200)+L(50)+XXX(3*10=30)+IX(10-1=9)

 

Pour les Grecs, la numérotation repose sur le principe de l'addition, en attribuant un signe particulier à chaques nombres. Les Grecs utilisent une numérotation attique ou hérodien (celle des athéniens). Les chiffres ne sont autres que les initiales de leur nom grec, auxquelles on ajoutait une apostrophe afin de ne pas les confondre avec les lettres de l'alphabet.

 

 

 

 Par exemple, oz' vaut 77, rg' vaut 103, ynh' vaut 758.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

__BM__